Charente Maritime (17) selon Beneze17 - 100% Tabaillaud

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

Les vacances à l’Etranger

Envoyer Imprimer
Note des utilisateurs: / 12
MauvaisTrès bien 

Guy MargottonLes histoires drôles en patois sont souvent transmises oralement lors de grandes occasions : mariages, baptêmes, réunions de famille…

Certains anciens permettent encore de faire vivre cette tradition, voici un des textes humoristiques de Guy Margotton.

L’année deurniere y’avions décidé d’aller en vacances, oh o’l’est pas qu’y’avions jamais sorti d’chez nous, si y’avions déjà été 3 ou 4 fois dans la forêt d’Benon, même qu’ine fois, y’avions vu ine belette.

Avec noute Fordasse de 1926, o l’était mon grand-père qui l’avait ach’té d’occasion, ine belle bagnole vous savez, et pis qu’avait une manivelle, car aneut les autos a l’avont pu de manivelle.

Y voit le voisin qu’a ine Mercédes, comme le dit, et ben l’aute jour la batt’rie était à pia, l’a fait v’nir un gars qu’a branché deux bouts d’fils peur la démarrer et o y’a coûté 200 francs, tandis qu’moi quand y’ai tourné la manivelle ine dem’heure et beun o l’est ben rare si a démarre pas.

L’aute jour y’avions décidé d’aller à La Rochelle, oh o l’est pas la porte à couté, ola t’o pas qu’en arrivant à la croix d’au chapeau la route était barrée, à droite o y’avait ine pancarte jaune avec dessus «déviation », oh qu’a dit la patronne, faut pas tourner là, y’allant pas à déviation nous, y’avons tourné d’l’oute couté.

Y’avions roulé longtemps y cherchions des pancartes de La Rochelle, y’en voyons point, té qu’a dit, on dirait qu’o n’a ine là-bas, y’avons été voir, ben o l’était la pancarte de « Breuil », y’étions de retour chez nous et comme o commencé à faire négue, y’avons dit, y’irons à La Rochelle in aute fois.

Pour les vacances ma femme avait dit « y voudrait ben aller à l’étranger voir qu’m’en qu’olait ». Ah , qui y’ai dit, à l’étranger y’a des fois faut y’aller en batia et tu sais ben l’aute jour à La Garette t’a attrapé l’mal de mer, o y’a ben les avions avec, mais o monte si haut peur passer au d’sus des arbes et des maisons, et ben qu’a me dit, o la p’téte un pays ou y pourrions y’aller avec noute auto.

Y’ avons r’gardé sur un vieux livre qu’y’avions, o l’était marqué « Atlas », o l’était pas là qui voulions aller, mais en l’ouvrant y’avons vu qu’o l’avait la Chine. Sur la carte o paraissait pas ben loin, mais en lisant y’avons vu qu’là bas tout l’monde est jaune, y’allions pas attraper la jaunisse !

Au d’sus y’ai vu la Russie, ça y’en avait déjà entendu parler ; le père Léon m’avait dit là bas o y’a que des rouges, y’allions tout d’même pas attraper la rougeole avec !

Un p’tit pu haut o y’avait la Laponie, ça y’au connaissait pas, y’ai r’tournè voir le père Léon, parce que Léon li o l’est un gars qu’à voyagé, ine fois l’a été jusqu’à Poitiers ; moi y’croyait que la Laponie o l’était là qu’l’ éleviont des lapins, li l’m’a dit là bas tout est bianc, o m’plaisait déjà mieux, seulement o l’est qu’o y fait freit, les gens l’faisont des maisons avec des blocs de glace, l’app’lont çà des igloos.

Tu peux pas faire de feu peur te chauffer parce qu’o les f’rait fondre, ah qui dit, la pauve vieille qu’à toujours des engelures, y peut point l’emmener là bas.

Alors y’avons cheurché pu bas et y’avons vu l’Maroc, o là, que nous dit Léon, t’es teurjous à la piage o y’a qu’do sable, seulement tu vas p’tète ben trouver les berbères, comme y connaissait point ces bêtes la, l’m’a dit : les berbères o l’est des feniants, le s’promenant teurjous avec des dromadaires, l’avont des troupeaux d’ouailles et d’biques, la neut l’montant ine grande tente et o couche tout ensemble, les ouailles, les biques, les gens, ah ben qu’a dit la patronne, tu vois pas qu’o y’aurait un bouc, ch’ieu qui pu tant !

Alors y’avons cheurché pu prés d’chez nous et y’avons vu le Périgord. Alors là y’ai tout d’suite été à la mairie pour voir si o fallait un passeport pour aller au Périgord.

O non que l’m’avont dit, o l’a ni frontière, ni douanier, ça o m’faisait plaisir parce qui v’lait emporté un litre de vin pour mon déjeuner, mais v’l’a t’o pas qu’la voisine nous a dit : au Périgord o y’a encore des hommes préhistoriques, a ben qu’a dit ma vieille, tu vois pas qu’y’en trouvions in au coin d’ine rue et que l’nous foute in cop d’massus, et pis a dit avec qu’ o y’a des mammouths, si jamais ine bête nous passe su l’pied, a va ben l’ébeurner.

Alors y’avons encore cheurché et y’avons trouvé la Gironde. Oh ça o m’a tout d’suite plu, parce que chez nous, quand on voit une belle femme, on dit toujours qu’a l’est gironde.

Alors y’était voir l’père Mathieu parce que tiola le connaît la mécanique, l’a déjà réparé son vélo qu’était queurvé au moins 5ou 6 fois .Oh que l’m’a dit, peur aller en Gironde ta fordasse a ben moyen d’y aller et t’irais même à Versailles avec si tu v’lais.

Tu t’achètes ine boussole et tu marches au sens contraire de l’aiguille. Y’ai donc été voir Joseph, parce que li le vend tout in tas de saletés d’même, le fait d’la brocante que l’disont, l’avait ben ine boussole seulement l’avait perdu l’aiguille, oh qu’ l’m’a dit, o y’ a pas d’importance tu vois o l’a in N et in S, tu mets le N d’au couté de tiau l’abe là-bas, et tu marches vers le S.

Nous v’la donc parti avec noute fordasse, y’avions dit, y passerons pas dans les villes parce qu’avec la limitation à 50 et coume y roulons qu’à 40, y’attrap’rions ben un PV.

Ah si vous aviez entendu comme a peté ben noute bagnole : pét pét pét pét …mais quand même au bout d’un moument a peté pu pareil, o faisait pét pét pét, pis o s’arrêtait, pis o faisait encore pét pét pét ; o y’ai dit, o y’a queque chouse qui la gêne et en effet, au bout d’in moument a s’est arrêté d’peter.

Heureusement o y’avait des meisons pas ben loin, y’ai été voir et qu’l’mavont dit : o y’a M’sieur l’mécanicien qu’habite au coin,l’va vous arranger ça. Y’ai été cheurché M’sieur mécanicien, la vernusser autour et la dit : o l’est pas méchant, o l’est l’pot d’échappement qu’est bouché. O m’a tout de sute consolé, parce qu’o l’avait arrivé à la patronne la s’maine d’avant, i l’ aviont fait un lavement et o s’était r’mis à peter comme avant. Y croyait qu ’l’allait en faire autant et ben non, le s’est fourré dessous, l’a démonté une boite de feraille qu’i l’aviont mis là y sait pas peur quoi faire, le l’a gratté un peu, le l’a remis, y’avons tourné la manivelle un quart d’heure et a l’a redémarré.

Y’avons roulé longtemps, longtemps, o l’est loin vous savez la Gironde, enfin y’avons arrivé au bord d’un grand fleuve. Té qu’y’ai dit, l’avons surement mis tiau fleuve là peur faire la frontière, et ben mais à c’t’heure qu’m’en faire pour passer d’l’oute couté ?

Alors y’avait un gars qui gratter dans un champ, y’ai été et m’l’a dit : o y’a un pont là bas, faut que vous alliez passer d’ssus. Quand y’avons arrivé à tiau pont, si vous aviez vu ça, o y’avait des autos dans tous les sens, tiés la qu’étiont d’vant y les avons pas vu longtemps, mais, tiès la qu’étiont darrière a s’avont mis à faire d’au potin avec leur klaxon comme si y’étions à un mariage.

Oh les gens l’aimont ben s’amuser aneut! Enfin d’l’oute coutè d’o pont, o y’avait des routes dans tous les sens et au mi temps o y’avait un espèce de fou qu’avait un képi su la tête et un bâton au bout d’la main, le l’mettait tantôt à droite, tantôt à gauche, tantôt d’vant, tantôt darrière, y comprenait reun.

Quand y’ai vu ça, y’ai feurmer les oeils, quand y les ai rouvert et ben figurez vous que tiau gars était grimpé su l’capot d’ma voiture et que l’gesticulait avec son baton, ah quand y’ai vu ça o m’a mis en colère, y’ai descendu et y’ai dit, qu’éto qu’vous foutez su l’capot d’ma voiture ? O l’est pas qu’vous croyez qui va vous emmener en vacances avec moi ! Oh parce qu’vous allez en vacances, que m’l’a dit, et ben y va vous en payer des vacances moi.

L’a app’lé deux autres qu’étions habillés comme li, l’nous avons pris et l’nous avons mis dans un panier à salade que l’avont dit et qu’a c’t’heure on vous emmène au commissariat.

Oh l’commissariat qu’y’ai dit , o l’est p’tète un théâtre ou un cinéma qu’l’app’lons coume ça. Oh quand y’avons arrivé la d’dans si vous aviez vu ça, o l’avait des postes de télévision peurtout et des gars avec des téléphones, mais o n’avait y’in qu’était curieux, mais qu’était curieux, figurez vous que l’nous a d’mandé qu’y’étions et d’où y venions, quand y’avons dit qu’y’étions d’Breuil là, l’a tout d’suite compris, l’on’a app’lé deux autres et l’nous avont mis dans ine cage avec des barreaux.

Alors là y’ai compris qu’o l’avait queque chouse qu’allait pas, y’ai d’mandé peur téléphoner et y’ai app’lé mon cousin Arnest, parce qu’Arnest li o l’est in gars qu’est haut piacé, l’est garde champêtre à Triffouillis les oies et l’connaît les lois li ! Oh o l’a pas trainé, huit jours après l’était rendu là causer avec les gars, pis l’nous a pris et l’nous a ram’né chez nous.

Et ben vous savez des vacances de même, on les oublie pas, on peut dire qu’on a passé des bounes vacances à l’étranger, o y’a qu’ine chouse qui r’grette , o l’est ma fordasse, l’avont dit qu’l’aviont mise à la casse, ine si belle voiture !

Guy Margotton


Mise à jour le Lundi, 29 Juillet 2013 19:41  

Le nouveau site Beneze17 - 100% Tabaillaud

Il fonctionne très bien sur les tablettes, les téléphones mobiles et aussi sur tous les ordinateurs! Le nouveau site Beneze17 - 100% Tabaillaud Cliquer sur l'image pour lancer le nouveau site Beneze17

Recherchez par mot clé...

Recherchez efficacement!


Charente-Maritime en 9 Pays

Charente-Maritime par thème

Charente-Maritime... cliquez et découvrez

Partenaires de Beneze17

Partenaire de Beneze17

Partenaire de Beneze17

Un site dédié à la Charente-Maritime

Que pensez-vous de Beneze17?
 

Devenez fan

Rejoignez  le groupe Beneze17 sur Facebook
Cliquez sur le logo ci-dessus pour accéder au groupe Beneze17

Revendiquez l'identité

Identité charentaise?

Selon vous, l’identité charentaise est-elle aussi forte que celle des corses, des basques ou des bretons?
 

En ligne actuellement

Nous avons 8 invités en ligne

Ensemble. Découvrons ou redécouvrons la Charente-Maritime!

Beneze17 est dédié au patrimoine de la Charente-Maritime!
Beneze17 est dédié au patrimoine de la Charente-Maritime!

Copyright © - 2013 - Beneze17 - Tous droits réservés